Pour une réconciliation nationale




Entretien avec Rudy KAZI-MATSIKA, Délégué Général de l’Association des Élus de France.



Vous êtes le Délégué Général de l’Association des Élus de France (AEF). Pouvez-vous nous la présenter succinctement ?


L’AEF est une association transpartisane rassemblant des élus locaux, des parlementaires français et européens qui font corps autour d’un constat - celui des fractures à l’œuvre dans notre société contemporaine - et d’une volonté d’y remédier. Pour y remédier, nous entendons contribuer au débat public. Nous publions nos réflexions, nos solutions mais aussi nos tribunes dès lors qu’il s’agit de prendre position pour une nation apaisée.


Le fondement de l’AEF est la conviction partagée qu’il nous est interdit de nous résigner devant ces fractures qui traversent le pays. Au contraire, nous sommes persuadés que les élus ont encore des réponses à y apporter. Si l’on prend l’exemple du lien brisé entre la population et la politique, nous pensons que les élus locaux – ces « élus à portée de gifle » pour paraphraser Gérard Larcher - ont une réelle proximité avec la population qui doit leur permettre de récréer ce lien fondamental.


C’est pourquoi l’AEF accorde une place centrale au concept de réconciliation nationale que tous nos membres portent fièrement. C’est le sens du livre La promesse républicaine. Pour une nation apaisée les Élus s’engagent qui regroupe les contributions de quarante-deux personnalités politiques de premier plan et d’intellectuels – ne citons que la préface de Jean-Louis Bianco (ancien Secrétaire Général de la Présidence de la République) et la postface de Pascal Blanchard (Historien) – et les illustrations de Plantu.


Non seulement cet ouvrage livre le regard sincère d’élus ancrés dans leur territoire à propos des fractures que connaît notre société, un regard partageant la réalité telle que vécue par nos concitoyens. Mais il propose aussi des solutions concrètes et applicables. L’AEF doit « constater » mais aussi « proposer ».


Notre association ambitionne donc de contribuer au débat national sur la base d’éléments concrets : c’est ce que nous avons fait, en mai dernier, en présentant ce livre à l’Assemblée nationale.


Par ailleurs, nous déployons des actions concrètes : en France, comme la Dictée Géante des Elus mettant « au banc de l’école » les élus indifféremment de leur mandat ou de leur couleur politique, les unissant sur ce bien commun qu’est la langue française. Mais aussi à l’étranger, comme des missions humanitaires et de coopération réalisées en soutien à la Tunisie lors de la crise sanitaire (envoi de kit d’hygiène : masques, gels hydro-alcoolique etc.) ainsi que notre récente mission en Ukraine, à Polyana, où nous avons acheminé six tonnes de matériel (denrées non périssables, équipements d’hygiène sanitaire…). Mission durant laquelle nous avons signé une convention de jumelage avec le Maire de la ville de Polyana. Et où nous avons offert un concert musical gratuit en faveur des réfugiés ukrainiens en partenariat avec le groupe les Batteurs pour la Paix.


Vous parliez de réconciliation nationale… Qu’est-ce à dire ?


Le concept de réconciliation nationale trouve ses racines dans le constat déjà évoqué des déchirements multiples qui abîment notre société. La réconciliation nationale, c’est la réconciliation des territoires en luttant face à leurs disparités, c’est la réconciliation de la population avec le politique en recréant ce lien altéré, c’est la réconciliation des communautés en les regroupant autour du pacte républicain, c’est le pansement de la plupart des plaies qui rongent notre société.


Nous, élus de l’AEF, voulons œuvrer en faveur de cette réconciliation nationale par l’action quotidienne au contact des administrés et, ensuite, par la contribution au débat public national que nous fondons sur les constats réalisés localement.

La réconciliation nationale est-elle, selon vous, la grande oubliée du dernier quinquennat ?


Je ne crois pas, seulement la tâche est ardue. Il me semble qu’une question de cohésion nationale nécessite de prendre un certain recul et de s’intéresser aux promesses que revêt la Constitution. C’est en se regardant dans le miroir de la Constitution que nous voyons si la promesse est tenue ou pas. En outre, la promesse républicaine n’est pas l’apanage de nos gouvernants nationaux : chaque élu se doit de s’employer pour que la promesse républicaine soit tenue, tout le temps et partout. C’est la pensée commune de l’action des membres de l’AEF.



L’AEF a fait sa rentrée politique à l’Innopolis Expo à Paris, les 20 et 21 septembre derniers, avec un certain nombre de partenaires dont Confinews qui est heureux de faire partie. Pourquoi avoir choisi cet évènement ?


Permettez-moi d’abord de vous dire que nous sommes également ravis de ce partenariat avec Confinews !

Concernant le choix de l’évènement de rentrée, il s’agit du fruit d’une relation tissée lors de la première édition d’Innopolis Expo l’an dernier. Nos visions sont alors entrées en résonnance et j’ai été intégré dans le comité de pilotage de l’édition 2022 du salon. Si l’Innopolis Expo traite des collectivités, des enjeux liés à la ville durable et intelligente, l’AEF regroupe de nombreux élus convaincus que la réconciliation nationale passe par l’optimisation de la gestion des territoires pour que tous les administrés puissent s’épanouir partout sur le territoire national. Cette synergie est la raison pour laquelle nous avons choisi, d'un commun accord, de faire notre « Rentrée des Elus » au sein même d'un autre événement. Et je dois dire que cela a bien fonctionné. La question de la gestion de la Data, de la santé publique et de la cohésion nationale que nous avons traité au travers d’ateliers, de tables rondes, était importante pour nous.


Car lorsqu’on poursuit l’objectif d’être une « ville durable », c’est-à-dire de concrétiser à l’échelon local les accords et protocoles internationaux en matière de changements climatique, je pense que l’on poursuit en même temps l’objectif de l’épanouissement social des administrés dont sont, en partie, constitutifs la santé publique et la cohésion sociale. C’est la contribution inédite que nous avons voulu apporter au salon Innopolis Expo au travers de « la Rentrée des Elus » édition 2022.