Tout est une copie.




Je n'ai jamais pensé que j'étais une étrangère, je suis et je me sens internationale.

La première fois que j’ai perçu cette catégorisation, c'était ici à Paris, quelqu'un m'a dit que j'étais polonaise.


Nous sommes et devenons ce que nous vivons, ce que nous voyons, ce que nous mangeons, ce que nous portons, nous ressemblons aux images qui nous entourent.

Nous vivons ce que nous pouvons et nous sommes ce que nous sommes.

L'identité d'une personne, d'une chose, d'un lieu. Qu'est-ce ?

Identité.


Savez-vous où est votre place ?

Est-ce la connaissance de qui vous êtes ?

Comment reconnaître l'identité ?

Nous créons une image de nous-mêmes.

Et nous essayons de lui ressembler.

Nous faisons de notre mieux pour nous intégrer.

Est-ce cela, l'identité ?

L’accord entre l’image que nous avons créée de nous-mêmes

Et...nous-mêmes ?

Qui sommes-nous ?

Nous vivons dans une grande ville et la ville vit en nous.

Le temps passe.

Nous nous déplaçons d'un pays à l'autre, d'une ville à l'autre.

Nous changeons de langue.

Nous changeons notre comportement.

Nous changeons d'avis.

Nous changeons les règles et adoptons des codes qui nous sont étrangers.

Nous changeons de vêtements.

Nous changeons tout.

L'identité et l'appartenance n'existent plus.


Ce n'est pas la vérité.


Soudain, le temps s'est arrêté et j'ai senti le vent.

Je voulais tellement être identique, m'intégrer, que je me suis oubliée, j'ai oublié mes normes, mes comportements, moi-même...


Je suis devenue une marionnette qui jouait des rôles.

Grâce à ce jeu de rôles, je suis à la surface et je suis en sécurité.

Le langage que j'ai utilisé n'était pas le mien, mais le mien...

J'ai commencé à questionner toutes mes réactions.

Et bam ! aszczkrzmszkrrmszszsczk Ziiiiiiiiuuuummmkszszszzsz

Les sous-titres difficiles m'ont pris à la gorge.

Mon cerveau traite deux fois le même sujet en deux langues ou images.

Mes yeux me regardent pour voir si je coupe bien le fromage.

Et mes oreilles écoutent pour vérifier si je me suis comportée et si j'ai réagi de manière appropriée.


Ma gorge me fait mal, ma tête me fait mal et mon dos me fait mal aussi.

Je décide d'effacer.

J'enlèverai tout ce qui n'a pas l'air de m'appartenir.

Je vais enlever la poussière.


C'était impossible.

Mais j'ai réussi.

J'ai préservé l'original.

J'ai supprimé toutes les copies.

Maintenant, je pense que je vais créer un nouveau monde.

Je mérite une récompense.

Je vais commencer par quelque chose de très joli, avec des désirs et des rêves primitifs, il faut de la fraîcheur et une innocence animale.

Je vais regarder dans mon ombre.

Je n'avais pas de place avant.

Ensuite, je vais aller à la piscine.


Estera Tajber