Orientation Post Bac : L'attrait des étudiants pour les formations digitales


La connaissance des étudiants et futurs étudiants sur les formations digitales est à la fois faible et erronée. Les débouchés offerts par ces formations sont pourtant les plus porteurs en termes d’employabilité.


Paris, le 14 Septembre. 1000 étudiants et lycéens ont été sondés dans un sondage IFOP pour Digital Campus et Hetic sur l’orientation post-bac. Les formations digitales ont fait l’objet d’un traitement particulier. Elles offrent a priori les meilleures chances d’insertion professionnelle mais sont peu ou mal connues.


Enseignements clefs du sondage : une connaissance faible des formations digitales


  • Plus de la moitié des lycéens de terminale et des étudiants estiment être mal informés sur les métiers et les formations du numérique, et notamment les plus jeunes (74% des moins de 18 ans).

  • Les perceptions de la filière numérique semblent assez peu constituées et reposent davantage sur des a priori : seuls 14% sont convaincus que les salaires à l’embauche des métiers du numérique sont très attractifs.

  • Sur les débouchés, les jeunes interrogés identifient assez logiquement des perspectives dans le secteur de l’ingénierie (71%) et des télécommunications (70%), mais entrevoient beaucoup moins de possibilités d’emploi dans le tourisme, la santé, le retail, les transports, la construction (moins d’un tiers des sondés).


Enfin, les enfants des catégories sociales les moins favorisées ont un intérêt plus fort pour ces métiers (72%). Vu les taux d’employabilité de ces formations, elles joueront sans doute un rôle considérable pour l’insertion socio-économique et la lutte contre le décrochage.



Les compétences digitales toujours plus recherchées sur le marché de l’emploi


Tout secteur confondu, les profils digitaux sont parmi les plus recherchés par les entreprises aujourd’hui. Plus de 8 entreprises sur 10 sont en recherche de profils digitaux et les besoins en recrutement sont amenés à évoluer dans les années à venir. Par ailleurs, les salaires à l’embauche sont bien plus élevés que la moyenne. Aujourd’hui, et malgré la crise la plupart des écoles du numériques ont des taux d’insertion professionnelle avoisinant les 90%. Par ailleurs, les salaires à l’embauche sur le secteur sont élevés, de 35 à 45k en moyenne toute spécialisation confondue.


Frederic Sitterlé, Directeur Général d’Hetic :

« Le cycle de croissance économique qui s’amorce, et la sortie de crise en général, dépendra de la capacité des entreprises, à accompagner la transformation digitale de leurs métiers… et donc à assurer les recrutements nécessaires à ces changements. Chez HETIC nous formons et continuerons à former les talents dont les entreprises ont besoin pour soutenir leur développement. 98% de nos diplômés trouvent un emploi à l’issue de leur formation, avec des salaires supérieurs à 42KE annuels bruts. Les formations de la Tech et du digital offrent aujourd’hui des débouchés dans toutes les entreprises, dans tous les secteurs d’activités »


David Prud’homme, Directeur Général de Digital Campus :

« Plus globalement, il s’agit pour la France de ne pas décrocher dans la course mondiale pour l 'innovation. On a déjà 10 ans de retard et l’écart se creuse. Il nous faut une population formée massivement aux outils numériques. Et dans le même temps il faut nous donner les moyens de créer une élite numérique. »



A propos de Digital Campus : Première école du web en France (2 500 étudiants dans 8 campus en France et 2 à l’étranger) avec un taux d’employabilité de 90% en sortie de formation.


A propos d’Hetic : Hetic, école pionnière de l’enseignement supérieur en ingénierie numérique avec 5 formations (Bachelor, prépa et Mastère) et 98% de CDI signés avant la fin du cursus.


Contact presse :

Yann Miran

ymiran@patricia-goldman.com

06 95 96 43 61